top of page
  • Writer's pictureEmmanuel V. d'Aboville

C’était un lundi



C’était un lundi


Un jour, j'en ai eu mare

J'en finis avec ce cauchemar


C’était, ce sera un lundi

Celui qui allait changer ma vie


Fini la glande à longueur de journée 

J’allais enfin me bouger


Mes journées passées à fumer

Je tourne la page, c'est du passé 


Debout tous les jours à 5h

La discipline dans le cœur


Tous les jours une heure de sport

Je prends soin de mon corps


Mon seul plaisir 

de la lecture a n'en plus finir


Une tête bien faite 

dans un corps d’athlète


Je deviens mon propre patron

Ma boite fait un carton


Je ne m’arrête plus

J’explose tous mes records


Je suis devenu une machine

Mon entourage se fascine

Je suis un homme modèle 

Qui sert famille et patrie avec zèle 

Je suis devenu une élite 

J’ai la femme, la conscience et le fric


J’aide autour de moi

Parce que ça va de soi


J’ai réussi donc ma communauté je sers

Car j'ai bien connu tout leur calvaire


Je bosse et j’encaisse

Mais je ne roule pas ma caisse


Mon argent est là pour servir

Pour tous, un meilleur avenir


J’ai tiré mes potes vers le haut

Pareil, ils ont fait le grand saut


Personne chez moi reste à l’abandon 

Le plus faible fait lui aussi un carton


Je mourrai tranquille

Le paradis acquis facile


Les méchants s’effondrent 

Les bandits tombent 


Je suis un exemple

Donc, ils se ressaisissent 


Je prouve que l’on peut bien faire

Je réduis la malice


Je suis devenu une machine

Mon entourage se fascine

Je suis un homme modèle 

Qui sert famille et patrie avec zèle 

Je suis devenu une élite 

J'ai la femme, la conscience et le fric




15 views0 comments

Recent Posts

See All

Comentários


bottom of page